• La ville de Sparte est située dans une plaine écrasée par la chaleur. Quasiment aucun vestige de la célébrissime cité antique n'a survécu au temps. La ville est franchement "roots", peu esthétique et assez pauvre. La ville vit le matin, puis ne se réveille qu''à partir de 18h quand les températures redeviennent supportables. Au pied de l'ancien acropole spartiate, on relèvera la statue du roi Léonidas d'un goût particulier.

    Sparte et un peu de Magne laconienSparte et un peu de Magne laconien

     

     

     

     

     

     

     

     

    A 6 km de Sparte, se trouve l'ancienne cité byzantine de Mistra. Accrochée à un piton rocheux, une citadelle domine deux villes situées sous elle, la ville haute et la ville basse. Elle fut construite lorsque la région était dominée par Constantinople au moyen-âge. Aujourd'hui, la visite, assez sportive, nous permet de découvrir monastères, églises, villas et le Palais du Despote. Véritable centre artistique, les peintures présentes dans les édifices religieux sont de toute beauté. A faire absolument !

    Sparte et un peu de Magne laconienSparte et un peu de Magne laconien

     

     

     

     

     

     

     

     

    Sparte et un peu de Magne laconienSparte et un peu de Magne laconien

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ensuite, nous avons poursuivi notre chemin vers le Magne laconien. Au sud de Sparte, cette région aride possède de nombreux villages tout en pierre, avec notamment de nombreuses tours. Aussi, les "clans" et leurs vendettas font partis de l'histoire de cette région, dont certains ont émigrés vers une île de beauté. Tout au sud de cette péninsule, le cap Matapan est un véritable "bout du monde". Une grotte proche du cap accueillerait l'entrée du Royaume d'Hadès, gardé par le chien à trois têtes Cerbère. En tout cas, les criques sont magnifiques, l'eau chaude et claire et une vie aquatique fascinante à contempler.

    Sparte et un peu de Magne laconienSparte et un peu de Magne laconien

     

     

     

     

     

     

     

     

    Au cours de ce séjour, un petit bobo a stoppé notre séjour dans le Magne laconien.J'ai (François) été hospitalisé deux jours à Tripoli, au centre du Péloponnèse. Immergé dans le monde hospitalier grec, nous avons rencontré Vasiliki, femme courageuse, aidée de ces deux soeurs, pour s'occuper de leur vieux  père  occupant  la même chambre. Une rencontre émouvante et bouleversante avec cette famille, qui nous a pris sous son aile et aidé malgré leur situation difficile. On ne les oubliera jamais !

     

    Nous avons ensuite rejoint Nauplie, dernière étape de notre voyage pour une durée plus courte et un programmé adapté ! Une cinquième ombre, Cécile, nous a rejoint à Tripoli et nous finirons notre séjour grec avec elle !


    1 commentaire
  • Calimera ! Nous voici de retour pour la suite de notre voyage itinérant. Au programme, la visite du site antique d'Olympie et deux jours dans la région du Magne messénien.

    Olympie ! On ressent toujours une émotion particulière quand on visite un site aussi célèbre. Les jeux, dédié à Zeus, se déroulait tous les quatre ans, et ceux, pendant prés d'un millenaire. Le site a été agrandi et le confort amélioré au fil du temps avec par exemple des thermes romains. Au coeur de l'Altis, périmètre sacré, le temple de Zeus est majestueux. Il abritait la troisième merveille du monde antique, à savoir la statue de Zeus en or et ivoire haute de 12 me. La seule colonne encore debout nous rappelle qu'il s'agissait du plus grand temple de la Grèce antique. Les murs les plus hauts encore debout sont ceux de l'atelier de Phidias qui façonna cette statue. Il fallait aussi voir le temple d'Hera et l'autel d'Hestia qui jadis accueillait une flamme éternelle et sur lequel est aujourd'hui allumée la flamme olympique. Et que dire du stade qui accueillait plus de 45 000 personnes pour voir la course ! On l'a faite, les enfants ont gagné !

    Olympie et le Magne messénienOlympie et le Magne messénien

     

     

     

     

     

     

     

     

    Olympie et le Magne messénienOlympie et le Magne messénien

     

     

     

     

     

     

     

     

    Juste à coté se situe le nouveau musée. Un grand moment est la découverte des deux métopes reconstitués du temple de Zeus qui illustrent la taille majestueuse du temple. On découvre aussi des objets du quotidiens, des armes, des casques, des poteries, et autres statues... D'ailleurs, Elise s'est bien marrée avec les fesses charnues d'Hermès. Une salle est dédiée à l'atelier de Phidias et aux moules ayant servi à la conception de la statue de Zeus.

    Olympie et le Magne messénienOlympie et le Magne messénien

     

     

     

     

     

     

     

     

     Puis, nous avons continué notre route vers le sud pour atteindre la région du Magne méssénien. A l'extrémité sud de la pointe, deux forteresses surveillaient les bateaux reliant l'orient et l'occident. Le chateau de Méthoni et sa tour Bourtzi erigée sur un îlot voisin domine la mer. Trente kilomètres plus à l'est, Koroni accueille aussi un chateau, dans lequel habite aujourd'hui des soeurs au sein d'un monastère. La ville de Pylos domine la baie avec une vue merveilleuse sur les environs, et notamment un peu plus au nord la plage de Voidokilia, une des plus belles du Péloponnèse. Cette région mèle histoire et mythologie, et malheureusement, nous n'avons pas eu le temps de visité ni le Palais de Nestor, d'époque mycénienne, dont le royaume a participé à la guerre de Troie, ni le site de l'antique Messène.

    Olympie et le Magne messénienOlympie et le Magne messénien

     

     

     

     

     

     

     

     

    Olympie et le Magne messénienOlympie et le Magne messénien

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hier, nous étions à Sparte et avons rejoint le Magne laconien aujourd'hui.


    votre commentaire
  • Nous venons de passer 4 jours à Céphalonie, île ionnenne au large du Péloponnèse.Voici le récit de nos aventures  !

    Céphalonie, c'est avant tout des plages. Certaines sont considérées comme les plus belles du pays, et on comprend pourquoi ! Myrtos, plage de galets blancs, coincée entre deux majestueuses falaises plongant dans la mer, proposant une eau aussi claire et turquoise que chaude. Xi, au sud de l'île, propose du sable ocre contre des falaises en argile, permettant à ces dames (petite et grande) de se faire un soin du corps. On a profité d'autres plages, mais bon, place aux photos !

    CéphalonieCéphalonie

     

     

     

     

     

     

     

     

    CéphalonieCéphalonie

     

     

     

     

     

     

     

     

    En 1953, un séisme a occasionné de gros dégats sur l'île, et l'architecture est moderne sans trop de cohérence. Toutefois, certains villages offrent un charme particulier, comme Assos, avec une balade sur le port où les bougainvilliers s'épanouissent. Côté histoire, nous avons quand même trouvé quelques sites sympas, comme un cimetière mycénien creusé dans la roche où les galeries communiquent entre elles. La colline avoisinante accueille le chateau Saint Georges, ancienne capitale de l'île, où prés de 15 000 personnes vivaient à son apogée

     CéphalonieCéphalonie

     

     

     

     

     

     

     

     

    Chaque voyage réserve son lot de rencontres ! Nous avons loué un appartement dans un village trés typique, se trouvant à l'étage d'une maison habitée par Katerina et son mari, un couple de retraités ! Ils nous ont réservés un accueil trés trés trés chaleureux, offrant dessert et sur dessert aux petits, nous faisant gouter des plats locaux... Le tout en ne parlant que le grec ! Une magnifique rencontre.

     A l'orgine, nous souhaitions nous rendre sur Ithaque une journée, mais les horaires de traversée n'était pas trop adaptés à notre rythme de vacances et Céphalonie méritait bien plusieurs jours de découverte !

     Au grand regret de Katerina, nous avons quitté Céphalonie aujourd'hui pour rejoindre Olympie. Nous allons essayer de remporter une couronne d'olivier lors d'une épreuve sportive !

    CéphalonieCéphalonie


    1 commentaire
  • Voici le récit d'une courte étape, qui nous a occupée ces dernières 24h dans le nord du Péloponnèse, à l'est de Patras pour être plus précis.

    La journée de dimanche fut d'abord consacrée à gagner de la hauteur pour rejoindre Kalavryta. En cours de chemin, une halte s'est imposée au monastère orthodoxe de Mega Spileo flanqué au pied d'une impressionnante paroi. A l'origine, Saint-Luc aurait peinte et déposée une icone miraculeuse dans une caverne avoisinante, et le monastère fut bati à partir de 362... La dernière destruction en date est signée des nazis.

    Le nord du Péloponnèse, entre mer et montagneLe nord du Péloponnèse, entre mer et montagne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Notre ascension s'est terminée à la petite station de ski de Kalavryta, perchée à plus de 800 m d'altitude. La place centrale arborée par de grands arbres permet aux enfants de jouer au foot sur le parvis de l'église, aux parents de boire un coup en les surveillant, et aux voyageurs que nous sommes de pique-niquer sous le regard parfois surpris des locaux. Cette agréable bourgade est desservie par un train à crémaillère très touristique se terminant ici, où Alexandre était ravi de pouvoir traverser la voie ferrée à pied.

    Le nord du Péloponnèse, entre mer et montagneLe nord du Péloponnèse, entre mer et montagne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Nous sommes redescendus dans la vallée pour faire une petite baignade bien méritée au son d'un mariage organisé juste à coté. Folkorique !

    Le nord du Péloponnèse, entre mer et montagneLe nord du Péloponnèse, entre mer et montagne

     

     

     

     

     

     

     

     

    Aujourd'hui, le bateau nous a amené jusqu'à l'île de Céphalonie, où nous restons 4 jours. Pendant la traversée, Alexandre et Elise se sont faits deux copains, dont Ana, jolie petite grecque de 4 ans 1/2.... On a maintenant une histoire de coeur à gérer !


    1 commentaire
  • Pour bien s'imprégner de l'histoire grecque, autant commencer par deux des lieux les plus célèbres.

    Deux jours à Athènes pour débuter notre voyage. Bon compromis pour récupérer du vol et faire voir aux petits les attraits de la ville. Première aprés-midi à se balader pour voir l'Acropole d'en bas, expliquer le concept du temple à Alexandre. Puis, le jardin national nous amène aux abords du palais présidentiel où on assiste à la relève de la garde. Ces soldats, les evzones, sont toujours aussi chaudement vetu avec leur pompon au bout de leur chaussure, détail vestimentaire qui rendra hilare Alexandre. Le lendemain, on escalade l'Acropole où il y avait plus de touristes que de pigeons place Saint-Marc... mais bon, c'est toujours aussi beau... On finit la journée en se baladant dans le quartier de la Plaka, voir et revoir les sites antiques et la cathédrale orthodoxe notamment.

    Athènes et DelphesAthènes et Delphes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Athènes et DelphesAthènes et Delphes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Vus par les petits, Athènes c'est plutôt : "On pourra toucher le ciel quand on sera en haut de l'Acropole?", "c'est nul, y'a pas le minotaure", "les gens nous disent bonjour car ils ont jamais vu d'enfants aussi mignons?"... Il faut dire que les grecs sont très chaleureux avec les petits, c'est assez déroutant !

    Ensuite, nous avons récupéré notre voiture de location, avec un surclassement offert en mercedes. On se gentrifie ! Direction Delphes, nombril du monde pour les grecs. L'oracle faisait ses prophéties qu'il tenait d'Apollon lui-même. Le site est grandiose, la montée de la voie sacrée pavée de marbre est entourée de temples, dont un majestueux dédié à Apollon avec une vue à couper le souffle. Au dessus, un magnifique théatre trés bien conservé domine la totalité du site. Plus éloigné, le stade avec ses gradins contenant près de 5000 personnes est grandiose. Il permettait de voir des courses pédestres d'une longueur de 178 m... Dommage, on ne peut pas aller se frotter aux champions d'antan...

    Athènes et DelphesAthènes et Delphes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Athènes et DelphesAthènes et Delphes

     

     

     

     

     

     

     

     

    Concernant Elise, après un vol avec 39° suivi de 2 jours de fièvre, les boutons sont enfin sortis ! D'après notre expertise médicale, ce serait la roséole... On rassure les mamies, elle va trés bien, la preuve en image !

    Athènes et Delphes

     

    On quitte Delphes demain matin pour rejoindre le nord du Péloponnèse


    2 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires